[Avis en duo] [K-Movie] « Est-ce que tu veux venir avec moi ? »

A girl at my door

 agirlatmydoor_post2

Titre original: 도희야 / dohuiya
Pays: Corée du Sud
Genre: Drame, Famille
Durée: 119 minutes
Sortie: 22 Mai 2014
Réalisatrice: July Jung
Scénariste: July Jung
Producteurs: Lee Chang Dong, Lee Joon Dong, Kim Ji Yeon
Directeur de la photographie: Kim Hyun Suk
Casting: Bae Doo Na (Yeong Nam), Kim Sae Ron (Seon Do Hui), Song Sae Byeok (Yong Ha)

Synopsis : Une jeune commissaire venue de Séoul est mutée dans un petit village où elle fait la connaissance d’une jeune fille battue dont le comportement étrange l’intrigue. Cette dernière se réfugie souvent chez elle…

a-girl-at-my-door-img3

Introduction

Luthien • J’ai remarqué A girl at my door lorsqu’il a été sélectionné pour le festival de Cannes en 2014. Le trailer était intrigant et le film était porté par deux actrices reconnues pour leur talent mais que je n’avais pas encore vu jouer.

Maruna • Prévu dans ma pile à voir depuis son annonce, notamment à cause de la présence de Kim Sae Ron & Bae Doo Na, j’ai finalement laissé de côté A girl at my door en attendant le moment propice pour me caler devant. J’étais vraiment intriguée par le thème (fort et assez original) et l’ambiance qui me paraissait sombre.

Discussion :

Luthien • J’avais remarqué ce film en 2014 et je ne l’ai vu que deux ans plus tard. Je ne me souvenais plus guère de quoi il parlait à part qu’il y avait un certain mystère et une légère impression de malaise.

Maruna • J’avoue que moi aussi quand je l’ai lancé, je n’ai pas refait trop de recherches et je me suis lancée un peu au hasard dans la découverte. J’ai mis un peu de temps à me plonger réellement dedans, mais une fois que c’était fait, j’étais assez subjuguée.

Luthien • Je n’ai pas vu le temps passer. Je me suis rapidement immergée de le film, me demandant vers quelles révélations il s’orientait. Pour quelle raison la chef Yeong Nam avait-elle été mutée ? Quelle était la vérité sur  Seon Do Hui ?

Maruna • Le film nous propose plusieurs thématiques et c’est un vrai plaisir de découvrir au fur et à mesure du visionnage, là ou il tente de nous diriger. On est confronté à des thèmes très forts comme les relations homosexuelles (et la façon dont elles sont perçues en Corée du Sud), la maltraitance, la solitude ou encore l’auto-mutilation.

Luthien • Divers thèmes sont abordés et cela aurait pu être une faiblesse du film de trop s’éparpiller mais j’ai trouvé que chacun avait sa place. Ils ne sont pas traités en profondeur mais existent. La violence n’est pas que physique, elle se montre aussi sous forme psychologique notamment lorsque certains ne sont pas acceptés pour ce qu’ils sont.

Maruna • Oui, chaque thème est disséminé ça et là de façon très juste, sans pour autant nous perdre dans une multitude de directions. Le spectateur est du coup ballotté entre plusieurs sentiments assez contraires, entre dégoût, gêne, compassion et joie… C’est vraiment le point fort du film, la façon dont il joue avec nos sentiments et vraiment au top !

Luthien • Le spectateur se questionne sur ce qu’il a vu. Yeong Nam et Do Hui apprennent à se connaître et s’apprivoiser. Yeong Nam est exilée dans une campagne profonde, elle revendique la justice sans oublier les particularités d’un village. Elle est obligée de boire pour s’endormir, appréciant d’être seule mais ne la supportant sans doute pas.

a-girl-at-my-door-img1

Maruna • Yeong Nam est un personnage complexe, elle revendique la justice comme tu le dis, mais c’est sûrement car elle a du mal à accepter qu’on la traite ainsi à cause de son orientation sexuelle dans ce pays encore bien fermé sur ses moeurs. Elle est cependant la première à s’enfermer dans sa situation et met une barrière avec tout le monde, elle se noie même dans l’alcool pour pouvoir vivre normalement. C’est finalement Do Hee qui va être un déclencheur de changement chez elle.

Luthien • Do Hui est une jeune fille étrange, que le spectateur a dû mal à comprendre. Elle a grandi dans un climat de violence. Elle n’a aucune idée de ce que c’est qu’une relation normale. Lorsque Yeong Nam lui vient en aide, elle la considère comme son sauveur. Encore une enfant par son innocence, elle fait aussi preuve d’une réflexion qui n’est pas de son âge. Le film est nommé 도희야, il porte le nom de son personnage. La traduction choisie, A Girl At My Door, accentue aussi le rôle de Yeong Nam, alors que le titre original met au centre Do Hui.

Maruna • Le personnage est aussi complexe que Yeong Nam, si ce n’est même plus ! Elle trouve en Yeong Nam, une figure adulte qui la protège, une sorte de mère qu’elle n’a plus et même un peu plus. Elle s’attache à elle d’une façon inconditionnelle à cause de tout ce qu’elle a vécu jusqu’ici, c’est sa bouée de sauvetage, mais pas que. C’est clairement une enfant, mais ses problématiques sont aussi celles d’un adulte, elle cache aussi sa vraie nature qui fait d’elle, comme il est précisé dans le film… “un petit monstre”. Bref Do Hee est un personnage captivant ! C’est en particulier grâce au talent de Kim Sae Ron que le personnage est si bien rendu à l’écran.

a-girl-at-my-door-img2

Luthien • Kim Sae Ron et Bae Doo Na sont magistrales dans ce film. Les émotions de leurs personnages sont parfaitement retranscrites. Bae Doo Na ajoute de la nuance à son jeu ce qui permet de ne pas douter d’elle. Quant à Kim Sae Ron, ce rôle a vraiment dû être difficile. Son personnage inspire du malaise car il est difficile à cerner. Il commet des actions insupportables.

Maruna • Ces deux actrices sont vraiment talentueuses, ça fait des années déjà que je les suis de près et A girl at my door confirme encore une fois leur potentiel ! Bae Doo Na nous propose ici un jeu plutôt en retenu, tout en étant maîtrisé au millimètre près. Elle forme un duo vraiment complice avec Kim Sae Ron, j’ai d’ailleurs particulièrement apprécié la façon dont elle prend soin d’elle telle une mère. J’ai eu l’occasion de voir les interviews présentes dans le DVD (disponible en France chez Epicentre films), et c’était vraiment intéressant de voir la façon dont Bae Doo Na voyait son rôle et l’attachement qu’elle avait pour Sae Ron (elle éprouvait un instinct maternel, mais était aussi déstabilisée certaines fois par l’ambiguïté du rôle).

De son côté Kim Sae Ron a parlé de son rôle et surtout d’un passage en particulier pour son personnage. Elle expliquait qu’elle était entourée de sa famille et d’un psychologue pendant le tournage, le tout afin de ne pas sombrer ou être choquée. Ca ne m’étonne pas quand on voit la façon dont la scène est présentée et la puissance qu’elle dégage auprès du public.

Luthien • Cette scène a été difficile à regarder, surtout en pensant à cette jeune actrice qui la réalisait. Cependant elle fonctionne très bien, elle est vraiment dérangeante mais en même temps comment s’apitoyer sur ce père brutal ? Elle provoque aussi quelques questionnements que l’on peut oublier si on accorde seulement crédit à l’histoire que le film veut raconter.

Maruna • Oui cette scène m’a un peu dérangée, elle est compliquée à regarder en face car tout est orchestré par une simple fillette. Le public est tiraillé entre le dégoût de la scène tout en approuvant la manoeuvre pour punir ce père qu’on déteste depuis le début. Après personnellement je me suis posé plusieurs questions sur le sujet, sur la vraie personnalité de Do Hee et sur la façon dont on peut ou pas la pardonner ou s’attacher à elle. J’ai eu des sentiments contradictoires jusqu’à la fin…

Luthien • Est-ce que Do Hee est “dérangée” comme cela est dit par certains personnages ? Est-ce qu’elle a grandi ainsi du fait de toute la violence autour d’elle ? Ou est-ce qu’elle prend simplement son destin en main et réagit comme elle peut aux événements ? Ou bien encore orchestre-t-elle tout depuis le début ? Nous ne saurons jamais la vérité sur elle. Toutefois, Do Hee a trouvé en Yeong Nam quelqu’un en qui elle peut avoir confiance. Cette dernière n’est pas certaine de pouvoir croire Do Hee en toutes circonstances, elle a des doutes à son sujet mais elle ne peut se résoudre à l’abandonner.

Maruna • Effectivement, le public reste dans le flou jusqu’à la fin, tout en pouvant imaginer selon le point de vue sur la question, le fin mot sur Do Hee. Dans tous les cas, elle a des chances de changer sa vie grâce au contact de Yeong Nam, c’est finalement l’essentiel je pense.

agirlatmydoor_gif1 agirlatmydoor_gif2

agirlatmydoor_gif4 agirlatmydoor_gif3

Luthien • Le film comporte beaucoup de silence. Les protagonistes sont assez solitaires et se lient difficilement aux autres. Ensemble, elles cohabitent mais ne parlent finalement que très peu. Outre la location, cela contribue à donner l’impression d’un huit-clos assez intimiste. La réalisation est très efficace avec des gros plans sur les visages.

Maruna • C’est un film qui est tourné de façon à mettre surtout les émotions en avant, comme tu le dis, j’ai aussi trouvé réalisation intimiste et captivante. C’est le genre de film qui prend aux tripes quoi qu’on en pense et qui marque son public !

Luthien • Le film se concentre d’abord sur Yeong Nam, en regardant à travers ses yeux. Puis peu à peu il s’intéresse à Do Hee et tout comme la chef, le spectateur ne peut que se questionner sur elle.

Conclusion :

MarunaA girl at my door s’est révélé être un film captivant et dérangeant qui nous questionne sur des thématiques fortes et actuelles vues par les coréens. Il est brillamment porté par les deux actrices principales et nous tient en haleine jusqu’à la dernière seconde en nous laissant cependant le choix de nous faire un avis sur la morale de l’histoire.

LuthienA girl at my door est un film puissant qui est à la fois dérangeant et poignant. Les deux actrices principales sont parfaites dans leur rôle et font toute l’intensité de ce film qui aborde diverses thématiques difficiles.

a-girl-at-my-door-img5

Ressenti :

Luthien • ★★★★★

Maruna • ★★★★

Crédits : source des gifs

[Avis global] « We all go crazy once in a while. It’s alright. »

A long time ago, in a village, there was a deep cave. In that cave, no light has ever shined in a thousand years. A deep cave, with a thousand-year-old darkness. People were afraid of that cave. Just like you are. To lift that thousand-year-old darkness, they thought it would take another thousand years. But like now, it only takes a moment for the light to shine. Even if you hadn’t loved for thirty years, and the love that you made an effort on for three hundred days, ended… it’s okay. To feel love again, you only need a moment. – Jang Jae Yeol

It’s okay, it’s love

Titre original: 괜찮아, 사랑이야 / gwaenchanha, sarangiya
Titres alternatifs: It’s alright, it’s love, It’s okay, that’s love
Réalisateur: Kim Gyu Tae
Scénariste: No Hui Gyeong
Genre: Romance, Médical, Comédie, Mélodrame
Episodes: 16 – 70 minutes
Chaîne: SBS
Période de diffusion: 23 Juillet 2014 – 11 Septembre 2014
Diffusion: Mercredi & Jeudi à 22H
Casting: Jo In Seong (Jeong Jae Yeol), Gong Hyo Jin (Ji Hye Su), D.O. (Han Gang Woo), Seong Dong Il (Jo Dong Min), Lee Gwang Su (Park Su Gwang), Lee Seong Gyeong (Oh So Nyeo), Jin Gyeong (Lee Yeong Jin), Do Sang Woo (Choe Ho), Yang Ik Jun (Jang Jae Beom), Cha Hwa Yeon (mère des frères Jang), Kim Mi Gyeong (mère de Hae Su)
Scénario: Jang Jae Yul est écrivain et DJ à la radio. Il souffre d’obsession. Ji Hae Soo travaille en psychiatrie. Leur vie change suite à leur rencontre.

Comment parler de ce drama ? Il m’a transporté chaque semaine. Chaque seconde passée devant était parfaite. Allons-y. Et sans spoiler.

Les personnages et le casting :

Le casting est excellent et les personnages développés.

Hye Su

Gong Hyo Jin est une mes actrices favorites. Peu importe le personnage qu’elle joue, elle s’investit totalement en lui. Je trouve son jeu à chaque fois novateur et cette fois-ci ne fait pas exception. Elle interprète l’héroïne Ji Hye Su. Psychologue, elle est très perceptive dans le mal-être de ses patients. Intelligente et douée, elle se remet souvent en question. C’est quelqu’un avec un fort caractère qui n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et qui se met facilement en colère. Toutefois, elle cache une part de fragilité. Traumatisée par un événement dans son enfance, elle n’arrive pas à construire de relation durable avec un homme. [Mais Jang Jae Yeol sera son remède.]

If you love next time, just feel. Don’t plan it or assure yourself. – Jang Jae Yeol

Jae Yeol

Première fois que je vois jouer Jo In Seong et ce ne sera pas la dernière ! J’ai regardé le premier épisode de That Winter, The Wind Blows et il a la même expressivité dans son jeu. Un peu trop ressemblant même. Il s’investit dans son rôle et livre un concentré d’émotions brutes. Jang Jae Yeol est un écrivain célèbre – et pas que pour son talent. Beau et sûr de lui, il est très charmeur. Très maniaque, souffrant de tocs, il est aussi insomniaque. Il cache un passé traumatisant et un problème psychologique dont il n’a pas conscience. [Mais Ji Hye Su sera son soutien.]

Jo Dong Min est joué par Seong Dong Il. C’est un acteur que j’ai vu dans beaucoup de drama – il a une carrière très prolifique – mais qui ne m’avait jamais marqué jusqu’à maintenant. Docteur un peu particulier – ses diagnostics et ses traitement sont justes mais ne semblent pas toujours être faits avec sérieux – il a ouvert sa propre clinique après avoir été renvoyé de l’hôpital universitaire. C’est toutefois un homme gentil toujours prêt à aider les autres malgré ses airs bourrus. Marié avec une psychiatre, il a divorcé peu après suite à leurs divergences d’opinions. Il a ensuite épousé son premier amour et a une fille. Ces derniers sont aux États-Unis.

Su Gwang & Dong Min

Lee Gwang Su est un acteur avec qui j’étais peu familière mais que je reverrai avec plaisir. Il joue Park Su Gwang, un homme avec le syndrome de Tourette. Il a eu une enfance difficile avec des parents qui n’acceptaient pas sa maladie et c’est seulement avec l’aide de Jo Dong Min qu’il a pu commencé à changer. Toujours malade, sa condition s’est toutefois nettement améliorée. Malgré une personnalité enjouée, il rêve d’avoir une vie normale et une relation durable.

Kang Woo

D.O. interprète Han Gang Woo. Je suis toujours un peu dubitative des idols dans les drama mais D.O. est juste parfait dans son rôle. Il est difficile sans nécessiter un jeu d’acteur extraordinaire. Il s’en sort bien et s’il est au casting d’un autre drama, je serai curieuse de voir ce qu’il peut faire. Han Gang Woo est un lycéen très proche de Jang Jae Yeol dont il est fan. Apprenti écrivain, il lui demande beaucoup de conseils. Il se confie aussi à lui, tous les deux ayant été maltraités par leur père respectif.

Jae Beom

Yang Ik Jun joue Jang Jae Beom, le frère de Jang Jae Yeol. Je ne le connaissais pas non plus mais il livre une belle prestation. Jang Jae Beom est violent et souhaite se venger de son frère qui a ruiné sa vie. Emprisonné pour un crime qu’il dit ne pas avoir commis, il a perdu toute raison de vivre. Lorsque Jo Dong Min le conseille, il devient plus humain.

Oh So Nyeo est interprétée par une actrice débutante : Lee Seong Gyeong. C’est une jeune fille rebelle qui souffre de problèmes d’autorité et de kleptomanie.

Les relations entre les personnages :

La relation entre Jae Yeol et Hye Soo est évidemment centrale dans le drama. Sans éclipser toutes les autres, elle brille toutefois par l’interprétation des deux acteurs. Au début du drama, les deux personnages se détestent suite à une altercation. Tous les deux ont un sacré tempérament et ils ne sont pas prêts à céder devant l’autre. Leur romance est certes mature mais leur couple est loin d’être de suite fonctionnel. Séduit par Hye Soo, Jae Yeol se montre d’emblée honnête envers elle. Mais cette dernière ne peut pas croire ce playboy. Lorsqu’elle apprendra à le connaître, elle comprendra qu’il est quelqu’un de fiable et touchant malgré son côté obstiné. Elle lui accordera alors une chance.

Tous les deux s’aiment mais aucun n’est prêt à faire de concession face à l’autre. Chacun souhaite préserver son intimité et ce qui fait son identité. Jae Yeol est tout de même plus prompte à céder que Hye Soo. Au fur et à mesure de l’avancée de leur couple, leur relation s’approfondit et leur amour se fortifie. Chacun aidera l’autre à soigner ses blessures.

Do you know how many different life lessons a person could learn through love? One – it feel good. Two – it teaches you patience. Three – you learn to be considerate. – Jang Jae Yeol

Les couples secondaires ne sont pas en reste. Le pauvre Su Gwang est amoureux de So Nyeo mais celle-ci l’ignore totalement ; elle joue même avec ses sentiments. Dong Min est séparé de sa femme par la distance et il est encore ami avec son ex-femme. J’ai beaucoup apprécié le traitement de leur amitié/amour.

Mais outre les relations amoureuses entre deux personnages, c’est surtout l’amour qui est au centre du drama. Jae Yeol, Hye Soo, Dong Min et Su Gwang cohabitent sous le même toit. Cela signifie parfois des tensions – chacun vit plutôt librement et il n’y a pas vraiment de concessions à faire – mais surtout du partage. Hye Soo, Dong Min et Su Gwang forment un groupe soudé s’aidant mutuellement. Jae Yeol est tout d’abord un intrus mais il va peu à peu tisser des liens avec chacun. En particulier, la bromance entre Jae Yeol et Su Gwang est adorable. Jae Yeol va apporter de l’aider à Su Gwang pour apprendre à devenir cool comme lui et une vraie relation d’amitié va s’instaurer.

You always took care of me who isn’t worth anything, liked me when no one else in this world did. – Kang Woo

Une des relations la plus forte est celle entre Jae Yeol et Kang Woo. En premier lieu, Jae Yeol fait comme s’il était indifférent ou agacé par Kang Woo mais il ne peut s’empêcher de l’aider. Tous les deux maltraités par leur père, peut-être se voit-il en lui. Leur scène d’au revoir est très éprouvante.

Les relations familiales sont aussi très complexes. Hye Soo a un père handicapé et elle ne s’entend pas avec sa mère à qui elle ne pardonne pas un événement du passé. Jae Yeol n’a plus que sa mère – son père est mort (c’est la raison pour laquelle Jae Beom est en prison) – mais il l’aime plus que tout. Jae Beom est en prison par la faute de Jae Yeol. Ce dernier le sait et c’est pour cela qu’il se laisse faire quand son frère cherche à se venger – quitte à mourir. Après tant d’années de maltraitance, la mère souhaite juste rendre heureux ses deux garçons.

Le scénario, son développement et la fin :

Il y a tellement de choses qui se passent dans ce drama. C’est l’histoire d’une rencontre entre deux êtres faits l’un pour l’autre : Ji Hye Soo et Jang Jae Yeol. Mais c’est très loin d’être simplement ça. Il y a quantités d’histoires d’amour – pour les personnages principaux et secondaires mais même tertiaires. Toutes sont bien traitées et intéressantes à suivre. L’amour n’est pas que celui de la passion amoureuse entre deux personnes. C’est aussi celui entre membres d’une même famille, entre collègues, entre amis…l’amour pour son prochain.

Whenever life is difficult, we always think there is no way to live. There is hope no matter how difficult the situation is. – Ji Hye Soo

Le côté médical du drama est aussi exploité. De nombreux personnages sont soient psychiatres soient atteints d’un trouble psychiatrique. Quelques cas de patients sont exposés et permettent surtout d’explorer le personnage de Hye Soo. Toutefois, ils restent très intéressants. D’un point de vue éthique, quelques éléments peuvent être remis en question mais dans l’ensemble, cela passe bien. Le drama n’hésite pas à aborder divers thèmes plutôt tabous (la sexualité, la schizophrénie, les troubles psychologiques…) et en plus il le fait bien.

Les personnages apprennent à se connaître petit à petit. Le scénario se dévoile lentement, avec quelques surprises jusqu’au bout. Il est très bien développé et la fin est vraiment parfaite. Toutes les intrigues sont réglées et le spectateur connaît le devenir de chaque personnage.

La réalisation, l’ambiance et l’OST :

L’esthétique du drama est absolument magnifique. Les cadrages sont vraiment parfaits, que ce soit les scènes d’extérieur ou d’intérieur. Les paysages sont toujours superbes et les couleurs très vives. Même lorsque la scène est de nuit, la luminosité utilisée fait ressortir les couleurs. Les différentes scènes s’enchaînent subtilement sans brusque coupure.

Ce drama fait ressentir énormément d’émotions. Il y a du drame, de la tristesse et des scènes émotionnellement très chargées. Mais il y a aussi du rire, de la joie, de l’amitié, de l’amour, du bonheur. Le spectateur vit tous ces sentiments avec les personnages. Malgré des sujets assez graves, le mélange des tons est savamment dosé pour fournir un drama très juste dans son exécution.

Quant à l’OST, elle est tout simplement extraordinaire. Elle mélange avec brio des chansons anciennes et récentes de diverses nationalités. La musique choisie s’accorde généralement parfaitement aux scènes. Parfois, elle contraste totalement ce qui donne une autre interprétation aux scènes. Par exemple, lors de scènes au ton grave, la musique peut être légère même entraînante. Je vous parlerai plus en détail de l’OST dans des articles lui étant dédiée.

Ressenti : ★★★★★ (♥)

Qualité : ★★★★★

  • Le casting : Parfait ! ♥
  • Les personnages : Très travaillés et extraordinairement interprétés.
  • La réalisation : Très belle !
  • Le scénario : Subtilement exploité.
  • La fin : Admirable !

Je commence à manquer de superlatifs pour parler de ce drama qui est tout simplement à voir – et ressentir. C’est un drama que j’ai suivi assidûment semaine après semaine. J’ai même regardé les épisodes plusieurs fois lors de sa diffusion. Je ne peux que le conseiller. Bref, j’ai envie de le revoir avec tout ça.

It’s okay, it’s love est un drama très humain qui expose les blessures des personnages et les soigne grâce à l’amour porté par les autres.

Like that, due to many people’s help, at that convent in a cave, 24 hours a day, 365 days a year, there is a candle that is continually lit without burning out day or night. There’ is only one reason why the candle is lit. It’s for all the lonely people in the world outside of the cave. For those of you who are lonely because you’re alone, there is someone who is praying for you 24 hours a day. Remember that. You are not alone, not even for a second. – Jang Jae Yeol

[Avis en duo] [K-Movie] L’a-t-il tué…? Arrivera-t-il à garder le secret ?

A Hard Day

A_Hard_Day-poster A_Hard_Day-poster2

Titre original: 끝까지 간다 / kkeutkkaji ganda
Titres alternatifs: Take It To The End, Take It To The Grave, To The Grave, Go To The Grave
Pays: Corée du Sud
Genre: Action, Crime, Suspense
Durée: 111 minutes
Sortie: 29 Mai 2014
Réalisateur: Kim Sung Hoon
Scénaristes: Kim Sung Hoon, Lee Hae Jun, Choi Kwan Young, Jang Hang Jun
Producteurs: Jang WonSuk, Cha Ji Hyun, Lee Dong Yoon
Compositeur: Mok Young Jin
Directeur de la photographie: Kim Tae Sung
Compagnie de production: JK Film
Distributeur: Showbox/Mediaplex
Casting: Lee Sun Gyun (Go Geon Su), Jo Jin Ung (Park Chang Min), Jeong Man Sik (Détective Choe), Sin Jeong Geun (Chef d’équipe), Ju Seok Tae (Détective Nam), Kim Dong Yeong (Détective Do), Park Bo Geom (Officier Lee), Shin Dong Mi (soeur de Go Geon Su), Kim Kang Hyun (beau-frère de Go Geon Su)

Maruna et moi-même vous présentons un nouveau film dans le cadre de notre projet en duo. Cet article contient quelques légers spoilers sur des scènes du film mais l’identité des personnages est préservée.

Luthien : A Hard Day est un film présent dans ma wish depuis très longtemps, depuis sa sortie en 2014 en fait. J’ai enfin pu le voir grâce à ce projet et je ne suis pas déçue du résultat. En le commençant, je savais à quoi m’attendre : suivre un héros qui commet un crime et le cache mais quelqu’un connaît la vérité et va le faire chanter…

Maruna : Moi de mon côté je suis partie un peu à l’aveuglette en fait ! J’ai suivi ton envie de voir ce film, je savais seulement qu’il y avait Jung Man Shik que j’aime beaucoup et aussi Lee Sun Gyun (même si je n’apprécie pas toujours ce qu’il fait). Finalement je suis assez mitigée, j’ai aimé la réalisation et le concept (j’étais clairement dans le film), mais les choix du “héros” m’ont laissée perplexe jusqu’au bout…

A_Hard_Day-0008

Est-ce quelqu’un m’a vu ?!

Luthien : Il est difficile de parler de “héros” au sens propre du terme. Go Geon Su renverse un homme dès le début du film. Le voyant mort, il décide de cacher son corps pour ne pas être accusé. Peu après, on s’aperçoit que c’est aussi un flic corrompu (comme beaucoup de ses coéquipiers…). Ses actions tout au long du film ne sont pas excusables. Après l’accident, tout se précipite et Go Geon Su n’a pas le temps de souffler – tout comme le spectateur.

Maruna : Dès le début on est projeté dans l’histoire de ce personnage assez sombre, je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il soit conscient de ses actions en fait. Pour le coup au début de mon visionnage je croyais qu’il percutait un homme par accident et qu’il ferait tout pour cacher la chose, je pensais vraiment qu’il était un homme correct vivant une vie simple travail/famille/etc et donc qu’il ne voulait pas ruiner sa vie… Il se trouve que le héros baignait déjà dans les magouilles et plans louches puisqu’il trafiquait avec ses collègues…

Can you take this to your grave?

Luthien : Go Geon Su est sans arrêt aux abois – il suffit de regarder l’affiche principale où il apparaît épuisé. Ce film est comme une longue course-poursuite mais il est difficile de dire qui chasse qui ou quoi. Go Geon Su fait tout dans la précipitation et n’a pas le temps de souffler. Lorsqu’il pense enfin s’être débarassé du corps (chose bien compliquée et pas très morale d’ailleurs), c’est à ce moment là qu’un appel anonyme le prévient que quelqu’un sait tout sur ce qu’il s’est passé.

A_Hard_Day-0004Maruna : C’est vrai que le personnage est toujours sur les rotules, il stresse au moindre truc ayant rapport avec l’accident et il ne pense plus qu’à ça ! Il en oublie presque tout et réagit de façon excessive : notamment sa petite… On ne peut pas nier le fait que le jeu de Lee Sun Gyun soit bon, il réussi à nous faire stresser pour son personnage tout en ayant des sentiments contraires à cause de ses choix. C’est perturbant, mais bien fait à la fois.

Luthien : J’adore cet acteur. C’est en grande partie une des raisons pour laquelle je voulais voir ce film. Je n’ai vu que quelques drama et films avec lui mais je le trouve extraordinaire.

Maruna : Oui il est vraiment doué et il a un bon capital sympathie. C’est peut être pour ça que j’ai été perturbée, je ne m’attendais pas à le voir dans un rôle comme ça.

Luthien : C’est clair que si on compare avec les rom-coms dans lesquelles il a joué, le rôle est très différent ! A part Lee Sun Gyun, je n’avais pas trop regardé le reste du casting mais Jo Jin Ung qui joue son adversaire est très charismatique.

Maruna : C’est sûr, le personnage est carrement détestable ! Il maîtrise à 100% son personnage de grand méchant (et le pire c’est que c’est crédible).

Le film prend un réel tournant quand Go Geon Su reçoit cet appel lui montrant clairement qu’il n’est pas le seul à connaitre la scène de son crime ! Le stress augmente de minute en minute et on commence à chercher qui connaît le secret de notre héros ?! Cet inconnu joue avec Geon Su et ça ne lui plaît absolument pas car il a peur que son crime soit révélé (malgré tous les efforts qu’il a fait pour l’enterrer / c’est le cas de le dire haha x)).

Luthien : Cet inconnu menaçant s’amuse à jouer avec Geon Su. Pas longtemps mais suffisamment pour l’effrayer. J’ai été surprise de voir que son identité soit révélée si tôt (quelques heures après le coup de fil) mais c’est juste pour manifester sa supériorité sur Geon Su. Et puis cela a permis des faces à faces très palpitants.

Maruna : Oui, on a eu pas mal de duels/combats vraiment chouettes entre les deux ! J’avais limite mal pour Geon Su à chaque fois qu’il se prenait un coup ! D’ailleurs la scènes des toilettes était vraiment forte (on se voit presque en train de manquer d’air en voyant Geon Su se noyer).

A_Hard_Day-0003Luthien : Geon Su croit – enfin – prendre le dessus mais la répartie de son adversaire n’en est que plus cinglante. Les diverses confrontations sont toutes très intéressantes. Le maître-chanteur est sûr de soi et cette confidence se voit dans chacun de ses actes. Ou simplement dans sa posture. Le voir marcher dans une pièce, prononcer quelques mots, rester immobile…tout ça est fait avec un tel charisme ! On verrait presque son aura de puissance rayonner (c’est clair !) ! L’acteur a fait un très bon travail et la réalisation accentue parfaitement cet aspect. Au contraire, Geon Su est paniqué. Il réfléchit à peine mais essaye de survivre – et cacher son crime – par tous les moyens possibles.

Maruna : Geon Su comprend finalement assez vite que derrière son crime, il y a bien plus que ça ! Il est impliqué dans une énorme affaire où il n’est qu’un pion. Ca n’excuse en rien tous ses choix et actes, mais ça nous donne enfin une raison de le soutenir face à l’ampleur du problème… Pour comprendre l’affaire, il est donc obligé de déterrer le corps qu’il avait réussi à cacher (dans le cercueil de sa défunte mère, j’y croyais pas au début !).

Luthien : Pour se débarrasser du corps, il décide en effet de le cacher dans le cercueil de sa mère qui vient de décéder. Bien que ce soit déplacé, cette longue scène présente bien des aspects drôles. Geon Su invente de ces choses pour parvenir à placer ce corps dans le cercueil ! Le spectateur ressent la tension qui l’habite ! Il n’a que très peu de temps et il doit tout faire en cachette. Et il n’y a rien qui l’aide (entre les divers bruits et autres faits, on peut se demander comment il n’a pas été pris sur le fait !).

A_Hard_Day-0007

Euh…c’est quoi ce bruit ?!

Maruna : Oui plusieurs fois je me suis demandée comment les gens de la morgue n’avaient pas pu le capter avec tous les bruits qu’il avait fait en récupérant le corps ou en déboitant le cercueil pour y mettre l’homme. Le coup du portable sonnant (la musique surtout !) dans le cercueil aussi était assez particulier !

Luthien : Ce film est un très bon thriller, il garde son suspense jusqu’au bout avec diverses révélations au fur et à mesure de l’avancée. Lee Sun Gyun porte le film avec cette précipitation sans fin. Pourtant, quelques traces d’humour – souvent noir – peuvent être trouvées. La plupart du temps prenant Geon Su au dépourvu.

Maruna : Je pense que pour être vraiment impliqué dans le film, il faut de base être conscient qu’on suit l’histoire d’un personnage “mauvais”. Personne n’est tout blanc dans le film et du coup, une fois l’idée acceptée on peut apprécier la descente aux enfers du personnage principal dans ce monde corrompu.

Luthien : Tout le monde est corrompu même s’il semble y avoir certains degrés. La corruption fait partie régnante du système et il semble être facile de faire fermer les yeux à certaines personnes. Le meurtre n’est toutefois pas pardonnable. Dans ce monde bien sombre, j’ai été surprise de voir apparaître Park Bo Geum (moi aussi !! pour le coup je ne m’y attendais pas, il détonne sacrément avec l’ambiance du film). Avec son air un peu perdu, il respire trop l’innocence. XD (Même quand il incarne un psychopathe…)

Maruna : Ca va à 100 à l’heure et on se demande assez souvent quand Geon Su aura enfin un peu de répis, finalement il n’en a qu’à la fin / ce qui ne l’empêche pas d’envisager un autre point de vue pour son avenir… (Enfin c’est ce que laisse entrevoir les dernières minutes.)

Luthien : Aucun moment de répis tant que tout ne sera pas terminé. Et s’il pense voir quelques brèves lueurs d’espoir, celles-ci sont bien rapidement ternies. En parlant de la fin : [SPOILER] Je pensais qu’il avait déjà connaissance de sa future rentrée d’argent avant de démissionner. Bien que ce ne soit pas le cas, il va sans aucun doute profiter de cet argent. [/SPOILER]

Maruna : [SPOILER] Non finalement il a sombré en voyant la clé que sa fille a trouvé au cimetière ! Il succombe assez vite à la tentation du gain, d’ailleurs ça se lit totalement sur son visage qu’il ne va pas laisser cette cagnotte à l’abandon… [/SPOILER]

A_Hard_Day-0001

Luthien : A Hard Day est un très bon thriller. Le casting principal est charismatique et la réalisation très efficace. Si on parvient à mettre de côté la moralité des actions du héros, on peut profiter de ce film. Le protagoniste n’est ni quelqu’un auquel on va s’attacher ni s’identifier mais dont l’histoire est intéressante à suivre.

Maruna : Finalement A hard day est un film bien construit qui a retenu mon attention du début à la fin. Je n’avais pas d’attente particulière donc il est bien passé, au début j’ai juste eu du mal à suivre ce héros mauvais qui assume ses actes. Je n’ai pas réussi à le prendre en pitié car ses actions ne le méritaient pas (je ne m’y suis pas attachée non plus)… A hard day est finalement un thriller assez original, sympathique à voir et intriguant, avec un casting qui tient la route, mais malheureusement je doute qu’il me reste en mémoire sur le long terme…

Ressenti de Luthien : ★★★★

Ressenti de Maruna : ★★★

Trailer :

[K-Movie] Trouvons cette baleine !

The Pirates

Titre original: 해적 : 바다로 간 산적 / haejeok: badaro gan sanjeok
Pays: Corée du Sud
Genre: Action, Historique, Aventure
Durée: 130 minutes
Sortie: 06 Août 2014
Réalisateur: Lee Suk Hoon
Scénaristes: Cheon Seong Il, Lee Suk Hoon, Choi Lee Young
Producteurs: Park Ah Hyoung, Kim Dae Seung, Lim Young Ho, Chun Sung Il
Directeur de la photographie: Kim Young Ho
Distributeur: Lotte Entertainment
Casting: Kim Nam Gil (Jang Sa Jung), Son Ye Jin (Yeo Wol), Yoo Hae Jin (Cheol Bong), Lee Geung Young (So Ma), Kim Tae Woo (Mo Heung Gap), Park Chul Min (Monk), Kim Won Hae (Chun Seop), Shin Jung Geun (Yong Gap), Sulli (Heuk Myo), Lee Yi Gyeong (Cham Bok)

Synopsis : Pour faire accepter la construction de la dynastie Joseon, un sceau royal est envoyé par l’empereur de Chine. Malheureusement, il est perdu lors de la traversée en mer et une baleine l’avale. Plusieurs personnes le convoitent alors. Jang Sa Jung et son équipe de bandits sont à sa recherche tout comme les pirates dirigés par Yeo Wol.

J’ai lancé ce film un peu au hasard mais je ne le regrette pas un instant ! Le casting principal m’est peu familier. C’est la première fois que je vois jouer Kim Nam Gil mais il est parfait pour ce rôle. Il faut que je regarde ce qu’il a fait d’autre, Bad Guy en tête. Quant à Son Ye Jin, je l’ai vu dans Personal Taste mais les rôles qu’elle interprète sont totalement opposés. En ce qui concerne le casting secondaire, je connaissais Sulli (To The Beautiful You), Yu Hae Jin (Jeon Woo Chi) et Lee Yi Gyeong (You who came from the stars, You’re all surrounded). Le casting est donc sympathique et les acteurs interprètent bien leur personnage.

J’adore la réalisation de ce film. o.o L’ouverture est géniale et m’a tout de suite conquise. Les scènes d’action sont bien travaillées et semblent réalistes. Les décors sont agréables et les plans correspondent bien aux situations. En plus d’être un film d’action, The Pirates est drôle. Bien sûr, il y a des moments plus tristes mais ceux-ci ne perdurent pas. Le ton grave ne paraît pas étrange et la comédie finit toujours par revenir. Bref, j’ai beaucoup ri en regardant ce film. Quand je repense encore à certaines scènes…XD (il faut voir le film pour comprendre.)

A good moment between friends…

Le film est dynamique. Tout le monde est à la recherche de cette baleine. Le gouvernement envoie plusieurs émissaires dont les pirates. D’autres veulent la retrouver pour pouvoir marchander ensuite, c’est le cas pour les bandits. Les alliances se font et se défont. Les anciennes rancunes refont surface. La route des pirates et des bandits se croisent à plusieurs reprises. Par ailleurs, un personnage fait le lien entre eux. Ancien pirate, il est devenu bandit. Mais sa position reste assez difficile à définir. Cela dépend de son camp.

Jang Sa Jung est un ancien militaire. Il sait bien se battre mais il n’a pas vraiment les qualités stratégiques requises pour diriger une troupe de bandits. Il n’a pas l’air d’être quelqu’un de sérieux mais il n’abandonne pas les siens. C’est quelqu’un qui aime plaisanter.

A contraire, Yeo Wol est quelqu’un d’assez réservé. Elle est souvent mal à l’aise face aux blagues douteuses de Sa Jung. Ce n’est pas pour cette raison qu’elle se laisse faire. Seule femme parmi les pirates, elle a su gagner leur confiance et s’imposer en tant que chef. Elle sait très bien se battre.

Jang Sa Jung et Yeo Wol ont une belle alchimie ensemble. Ils n’ont pas grand chose en commun mais ils se plaisent. Enfin Yeo Wol plaît à Sa Jung et celui-ci la drague peu habilement. Mais c’est drôle. C’est loin d’être un film romantique mais leur relation m’a bien plu. Leur monde est différent et ce contraste apporte du comique – surtout en la défaveur de Sa Jung.

The Pirates est un très bon film d’action avec beaucoup d’humour. Il est parfait pour passer un bon moment.

Ressenti : ★★★★★