[Avis global] « We all go crazy once in a while. It’s alright. »

A long time ago, in a village, there was a deep cave. In that cave, no light has ever shined in a thousand years. A deep cave, with a thousand-year-old darkness. People were afraid of that cave. Just like you are. To lift that thousand-year-old darkness, they thought it would take another thousand years. But like now, it only takes a moment for the light to shine. Even if you hadn’t loved for thirty years, and the love that you made an effort on for three hundred days, ended… it’s okay. To feel love again, you only need a moment. – Jang Jae Yeol

It’s okay, it’s love

Titre original: 괜찮아, 사랑이야 / gwaenchanha, sarangiya
Titres alternatifs: It’s alright, it’s love, It’s okay, that’s love
Réalisateur: Kim Gyu Tae
Scénariste: No Hui Gyeong
Genre: Romance, Médical, Comédie, Mélodrame
Episodes: 16 – 70 minutes
Chaîne: SBS
Période de diffusion: 23 Juillet 2014 – 11 Septembre 2014
Diffusion: Mercredi & Jeudi à 22H
Casting: Jo In Seong (Jeong Jae Yeol), Gong Hyo Jin (Ji Hye Su), D.O. (Han Gang Woo), Seong Dong Il (Jo Dong Min), Lee Gwang Su (Park Su Gwang), Lee Seong Gyeong (Oh So Nyeo), Jin Gyeong (Lee Yeong Jin), Do Sang Woo (Choe Ho), Yang Ik Jun (Jang Jae Beom), Cha Hwa Yeon (mère des frères Jang), Kim Mi Gyeong (mère de Hae Su)
Scénario: Jang Jae Yul est écrivain et DJ à la radio. Il souffre d’obsession. Ji Hae Soo travaille en psychiatrie. Leur vie change suite à leur rencontre.

Comment parler de ce drama ? Il m’a transporté chaque semaine. Chaque seconde passée devant était parfaite. Allons-y. Et sans spoiler.

Les personnages et le casting :

Le casting est excellent et les personnages développés.

Hye Su

Gong Hyo Jin est une mes actrices favorites. Peu importe le personnage qu’elle joue, elle s’investit totalement en lui. Je trouve son jeu à chaque fois novateur et cette fois-ci ne fait pas exception. Elle interprète l’héroïne Ji Hye Su. Psychologue, elle est très perceptive dans le mal-être de ses patients. Intelligente et douée, elle se remet souvent en question. C’est quelqu’un avec un fort caractère qui n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et qui se met facilement en colère. Toutefois, elle cache une part de fragilité. Traumatisée par un événement dans son enfance, elle n’arrive pas à construire de relation durable avec un homme. [Mais Jang Jae Yeol sera son remède.]

If you love next time, just feel. Don’t plan it or assure yourself. – Jang Jae Yeol

Jae Yeol

Première fois que je vois jouer Jo In Seong et ce ne sera pas la dernière ! J’ai regardé le premier épisode de That Winter, The Wind Blows et il a la même expressivité dans son jeu. Un peu trop ressemblant même. Il s’investit dans son rôle et livre un concentré d’émotions brutes. Jang Jae Yeol est un écrivain célèbre – et pas que pour son talent. Beau et sûr de lui, il est très charmeur. Très maniaque, souffrant de tocs, il est aussi insomniaque. Il cache un passé traumatisant et un problème psychologique dont il n’a pas conscience. [Mais Ji Hye Su sera son soutien.]

Jo Dong Min est joué par Seong Dong Il. C’est un acteur que j’ai vu dans beaucoup de drama – il a une carrière très prolifique – mais qui ne m’avait jamais marqué jusqu’à maintenant. Docteur un peu particulier – ses diagnostics et ses traitement sont justes mais ne semblent pas toujours être faits avec sérieux – il a ouvert sa propre clinique après avoir été renvoyé de l’hôpital universitaire. C’est toutefois un homme gentil toujours prêt à aider les autres malgré ses airs bourrus. Marié avec une psychiatre, il a divorcé peu après suite à leurs divergences d’opinions. Il a ensuite épousé son premier amour et a une fille. Ces derniers sont aux États-Unis.

Su Gwang & Dong Min

Lee Gwang Su est un acteur avec qui j’étais peu familière mais que je reverrai avec plaisir. Il joue Park Su Gwang, un homme avec le syndrome de Tourette. Il a eu une enfance difficile avec des parents qui n’acceptaient pas sa maladie et c’est seulement avec l’aide de Jo Dong Min qu’il a pu commencé à changer. Toujours malade, sa condition s’est toutefois nettement améliorée. Malgré une personnalité enjouée, il rêve d’avoir une vie normale et une relation durable.

Kang Woo

D.O. interprète Han Gang Woo. Je suis toujours un peu dubitative des idols dans les drama mais D.O. est juste parfait dans son rôle. Il est difficile sans nécessiter un jeu d’acteur extraordinaire. Il s’en sort bien et s’il est au casting d’un autre drama, je serai curieuse de voir ce qu’il peut faire. Han Gang Woo est un lycéen très proche de Jang Jae Yeol dont il est fan. Apprenti écrivain, il lui demande beaucoup de conseils. Il se confie aussi à lui, tous les deux ayant été maltraités par leur père respectif.

Jae Beom

Yang Ik Jun joue Jang Jae Beom, le frère de Jang Jae Yeol. Je ne le connaissais pas non plus mais il livre une belle prestation. Jang Jae Beom est violent et souhaite se venger de son frère qui a ruiné sa vie. Emprisonné pour un crime qu’il dit ne pas avoir commis, il a perdu toute raison de vivre. Lorsque Jo Dong Min le conseille, il devient plus humain.

Oh So Nyeo est interprétée par une actrice débutante : Lee Seong Gyeong. C’est une jeune fille rebelle qui souffre de problèmes d’autorité et de kleptomanie.

Les relations entre les personnages :

La relation entre Jae Yeol et Hye Soo est évidemment centrale dans le drama. Sans éclipser toutes les autres, elle brille toutefois par l’interprétation des deux acteurs. Au début du drama, les deux personnages se détestent suite à une altercation. Tous les deux ont un sacré tempérament et ils ne sont pas prêts à céder devant l’autre. Leur romance est certes mature mais leur couple est loin d’être de suite fonctionnel. Séduit par Hye Soo, Jae Yeol se montre d’emblée honnête envers elle. Mais cette dernière ne peut pas croire ce playboy. Lorsqu’elle apprendra à le connaître, elle comprendra qu’il est quelqu’un de fiable et touchant malgré son côté obstiné. Elle lui accordera alors une chance.

Tous les deux s’aiment mais aucun n’est prêt à faire de concession face à l’autre. Chacun souhaite préserver son intimité et ce qui fait son identité. Jae Yeol est tout de même plus prompte à céder que Hye Soo. Au fur et à mesure de l’avancée de leur couple, leur relation s’approfondit et leur amour se fortifie. Chacun aidera l’autre à soigner ses blessures.

Do you know how many different life lessons a person could learn through love? One – it feel good. Two – it teaches you patience. Three – you learn to be considerate. – Jang Jae Yeol

Les couples secondaires ne sont pas en reste. Le pauvre Su Gwang est amoureux de So Nyeo mais celle-ci l’ignore totalement ; elle joue même avec ses sentiments. Dong Min est séparé de sa femme par la distance et il est encore ami avec son ex-femme. J’ai beaucoup apprécié le traitement de leur amitié/amour.

Mais outre les relations amoureuses entre deux personnages, c’est surtout l’amour qui est au centre du drama. Jae Yeol, Hye Soo, Dong Min et Su Gwang cohabitent sous le même toit. Cela signifie parfois des tensions – chacun vit plutôt librement et il n’y a pas vraiment de concessions à faire – mais surtout du partage. Hye Soo, Dong Min et Su Gwang forment un groupe soudé s’aidant mutuellement. Jae Yeol est tout d’abord un intrus mais il va peu à peu tisser des liens avec chacun. En particulier, la bromance entre Jae Yeol et Su Gwang est adorable. Jae Yeol va apporter de l’aider à Su Gwang pour apprendre à devenir cool comme lui et une vraie relation d’amitié va s’instaurer.

You always took care of me who isn’t worth anything, liked me when no one else in this world did. – Kang Woo

Une des relations la plus forte est celle entre Jae Yeol et Kang Woo. En premier lieu, Jae Yeol fait comme s’il était indifférent ou agacé par Kang Woo mais il ne peut s’empêcher de l’aider. Tous les deux maltraités par leur père, peut-être se voit-il en lui. Leur scène d’au revoir est très éprouvante.

Les relations familiales sont aussi très complexes. Hye Soo a un père handicapé et elle ne s’entend pas avec sa mère à qui elle ne pardonne pas un événement du passé. Jae Yeol n’a plus que sa mère – son père est mort (c’est la raison pour laquelle Jae Beom est en prison) – mais il l’aime plus que tout. Jae Beom est en prison par la faute de Jae Yeol. Ce dernier le sait et c’est pour cela qu’il se laisse faire quand son frère cherche à se venger – quitte à mourir. Après tant d’années de maltraitance, la mère souhaite juste rendre heureux ses deux garçons.

Le scénario, son développement et la fin :

Il y a tellement de choses qui se passent dans ce drama. C’est l’histoire d’une rencontre entre deux êtres faits l’un pour l’autre : Ji Hye Soo et Jang Jae Yeol. Mais c’est très loin d’être simplement ça. Il y a quantités d’histoires d’amour – pour les personnages principaux et secondaires mais même tertiaires. Toutes sont bien traitées et intéressantes à suivre. L’amour n’est pas que celui de la passion amoureuse entre deux personnes. C’est aussi celui entre membres d’une même famille, entre collègues, entre amis…l’amour pour son prochain.

Whenever life is difficult, we always think there is no way to live. There is hope no matter how difficult the situation is. – Ji Hye Soo

Le côté médical du drama est aussi exploité. De nombreux personnages sont soient psychiatres soient atteints d’un trouble psychiatrique. Quelques cas de patients sont exposés et permettent surtout d’explorer le personnage de Hye Soo. Toutefois, ils restent très intéressants. D’un point de vue éthique, quelques éléments peuvent être remis en question mais dans l’ensemble, cela passe bien. Le drama n’hésite pas à aborder divers thèmes plutôt tabous (la sexualité, la schizophrénie, les troubles psychologiques…) et en plus il le fait bien.

Les personnages apprennent à se connaître petit à petit. Le scénario se dévoile lentement, avec quelques surprises jusqu’au bout. Il est très bien développé et la fin est vraiment parfaite. Toutes les intrigues sont réglées et le spectateur connaît le devenir de chaque personnage.

La réalisation, l’ambiance et l’OST :

L’esthétique du drama est absolument magnifique. Les cadrages sont vraiment parfaits, que ce soit les scènes d’extérieur ou d’intérieur. Les paysages sont toujours superbes et les couleurs très vives. Même lorsque la scène est de nuit, la luminosité utilisée fait ressortir les couleurs. Les différentes scènes s’enchaînent subtilement sans brusque coupure.

Ce drama fait ressentir énormément d’émotions. Il y a du drame, de la tristesse et des scènes émotionnellement très chargées. Mais il y a aussi du rire, de la joie, de l’amitié, de l’amour, du bonheur. Le spectateur vit tous ces sentiments avec les personnages. Malgré des sujets assez graves, le mélange des tons est savamment dosé pour fournir un drama très juste dans son exécution.

Quant à l’OST, elle est tout simplement extraordinaire. Elle mélange avec brio des chansons anciennes et récentes de diverses nationalités. La musique choisie s’accorde généralement parfaitement aux scènes. Parfois, elle contraste totalement ce qui donne une autre interprétation aux scènes. Par exemple, lors de scènes au ton grave, la musique peut être légère même entraînante. Je vous parlerai plus en détail de l’OST dans des articles lui étant dédiée.

Ressenti : ★★★★★ (♥)

Qualité : ★★★★★

  • Le casting : Parfait ! ♥
  • Les personnages : Très travaillés et extraordinairement interprétés.
  • La réalisation : Très belle !
  • Le scénario : Subtilement exploité.
  • La fin : Admirable !

Je commence à manquer de superlatifs pour parler de ce drama qui est tout simplement à voir – et ressentir. C’est un drama que j’ai suivi assidûment semaine après semaine. J’ai même regardé les épisodes plusieurs fois lors de sa diffusion. Je ne peux que le conseiller. Bref, j’ai envie de le revoir avec tout ça.

It’s okay, it’s love est un drama très humain qui expose les blessures des personnages et les soigne grâce à l’amour porté par les autres.

Like that, due to many people’s help, at that convent in a cave, 24 hours a day, 365 days a year, there is a candle that is continually lit without burning out day or night. There’ is only one reason why the candle is lit. It’s for all the lonely people in the world outside of the cave. For those of you who are lonely because you’re alone, there is someone who is praying for you 24 hours a day. Remember that. You are not alone, not even for a second. – Jang Jae Yeol

2 thoughts on “[Avis global] « We all go crazy once in a while. It’s alright. »

  1. Ah lala. Ce drama m’avait vraiment fait passer un bon moment. Tellement authentique et humaniste. Avec des personnages attachants et crédibles, une histoire qui peut sembler banale mais qui se révèle captivante, on avait tous les ingrédients pour faire un bon drama :D
    Je vois que tu es du même avis que moi (et que beaucoup d’autres) et c’est coool :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *