[K-Drama] Mars 2018

Voici les sorties de mars avec des genres très différents !

DIFFUSION TITRE DU DRAMA CHAÎNE EPISODES
Du 03.03 au 22.04 Children of a Lesser God OCN 16
Du 03.03 au 05.05 Grand Prince TV Chosun 20
Du 03.03 au 05.05 Good Witch SBS 40
Du 03.03 au 19.05 My Husband Oh Jak Doo MBC 24
Du 05.03 au 24.04 That Man Oh Soo OCN 16
Du 10.03 au 29.04 Live tvN 16
Du 12.03 au 01.05 The Great Seducer MBC 32 (16)
Du 14.03 au 03.05 Let’s Look at the Sunset Holding Hands MBC 32 (16)
Du 17.03 au 02.09 Shall We Live Together KBS 50
Du 21.03 au 10.05 My Mister tvN 16
Du 21.03 au 09.05 Switch: Change the World SBS 32 (16)
Du 25.03 au 09.09 Rich Family’s Son MBC  50
Du 26.03 au ? A Poem a Day tvN  ?
Du ? au ? Pretty Sister Who Buys Me Food jtbc  ?
Du ? au ? Love Watch MBC  ?
Du ? au ? Are You Human Too? KBS  16

Comme prévu en février, je vais commencer Children of a Lesser God dont la sortie a été repoussée. Je ne peux bien sûr pas manquer Live avec No Hui Gyeong à l’écriture.

D’autres dramas m’intéressent mais j’attends d’en savoir plus sur eux. Pretty Sister Who Buys Me Food est celui qui me tente le plus avec Son Ye Jin et Jung Hae In formant une noona romance. Cela fait longtemps que je n’ai pas vu Jang Geun Suk à l’écran et en plus il est en duo avec Han Ye Ri dans Switch: Change the World. Et il y a le drama A Poem a Day qui semble être une tranche-de-vie. Sans oublier My Mister avec le duo Lee Sun Gyun/IU et un synopsis qui m’intéresse.

Sinon je vais fuir bien loin The Great Seducer

Et toi, quels sont les drama qui t’intéressent ?

[K-Movie] « Hello! »

Castaway On The Moon

Titre original: 김씨 표류기 / Kimssi Pyoryugi
Titres alternatifs: The Adventures Of Mr. Kim, Kim’s Island
Pays: Corée du Sud
Genre: Comédie romantique
Durée: 116 minutes
Sortie: 14 Mai 2009
Réalisateur: Lee Hae Jun
Scénariste: Lee Hae Jun
Producteurs: Kim Moo Ryoung, Kang Woo Suk
Compositeur: Kim Hong Jib
Monteuse: Nam Na Yeong
Directeur de la photographie: Kim Byeong Seo
Compagnie de production: banzakbanzak Film Production
Distributeur: Cinema Service
Casting: Jung Jae Young (Kim Seung Geun), Jung Ryeo Won (Kim Jeong Yeon)

Voici le premier article sur les personnalités de 2018 ! Après avoir terminé History of a Salaryman, il m’était indispensable de poursuivre la filmographie de Jeong Ryeo Won. Attendez-vous donc à divers articles sur ses films après celui sur le drama cité précédemment.

Impossible de ne pas craquer pour elle, n’est-ce pas ?

Kim Seung Geun est un homme très endetté, qui ne retrouve pas de travail après la faillite de son employeur et dont la petite amie l’a quitté. Il enchaîne les prêts privés qu’il ne peut pas rembourser. Il décide alors de mettre fin à ses jours en se jetant du pont de la rivière Han sauf qu’il atterrit sur une petite île déserte. Après quelques péripéties et remises en question, il se résigne à rester sur cet îlot et décide d’en faire son chez lui. Il vit comme s’il était seul au monde – alors que la civilisation est très proche de lui – en se promenant à moitié nu et en mangeant ce qu’il trouve. Petit à petit, il s’organise en améliorant son alimentation et son quotidien grâce aux objets déversés par la rivière [quelle pollution !] et à son imagination fertile.

Things I need keep popping into mind! I’m suddenly getting smarter. Desire makes humans smarter.

Cependant, en réalité, il n’est pas vraiment seul. Depuis le début, il est observé par Kim Jeong Yeon qui reste cloîtrée dans sa chambre située dans un immeuble à quelques distances de lui. Je regrette que les raisons de son isolement ne soient pas évoquées, le personnage reste assez mystérieux. Depuis trois ans, la jeune femme mène une existence très réglée où elle n’a aucun contact avec le monde extérieur. Elle se lève et se couche quand son père part et revient du travail et elle ne sort de sa chambre que pour aller dans la salle de bains quand sa famille n’est pas là. Elle discute avec eux par message quand elle a besoin de quelque chose. Elle passe ses journées sur Cyworld où elle peut prétendre être qui elle souhaite et elle dort dans un placard avec un matelas fait de papier bulle. Son seul plaisir est d’observer la lune quand il fait nuit parce qu’il n’y a personne. En remarquant le message de détresse de Kim Seung Geun (« help ») transformé en salutations (« hello »), elle décide de lui répondre.

Will I be invited to join this lonely alien’s world?

S’ensuit alors entre eux un échange de messages. Jeong Yeon s’aventure dans le monde extérieur après de nombreuses préparations. Il s’agit pour elle d’une véritable expédition. De nature très anxieuse, le moindre changement ou contact avec autrui lui est très difficile. Elle cache ainsi son visage avec un casque de moto et elle sort avec un grand parapluie pour se recouvrir si quelqu’un l’apercevait. Elle peut ainsi lancer des messages contenus dans une bouteille sur le rivage de Bamseom où séjourne Seung Geun. Ce dernier répond à ses messages en traçant des mots dans le sable. Les échanges sont peu nombreux et ils se font sur plusieurs semaines/mois. Par ailleurs, ils ne comportent que peu de mots qui peuvent paraître futiles. Pourtant, cette communication unique leur permet de développer une étrange relation. Jeong Yeon s’ouvre peu à peu au monde et perturbe sa routine si bien huilée. Seung Geun sait que quelqu’un l’observe et il n’est désormais plus seul.

Les débuts acclimatation de Seung Geun sont difficiles dans ce territoire hostile mais, peu à peu, il trouve ses marques et conçoit même des projets. Un sachet de nouilles instantanées aux haricots noirs lui donne un rêve insensé : créer ses propres pâtes ! Il se lance dans la plantation de maïs avec acharnement. Pour lui qui ne possède plus rien et qui s’est retrouvé isolé de tout, manger ces jjajangmyun est synonyme d’espoir. Derrière cette apparente comédie avec un humour parfois scabreux ou de moments gênants indirects peut se lire une critique de la société de consommation (et coréenne) et des relations surfaites où finalement l’homme est bien seul. La réalisation est impeccable avec des mises en scène intéressantes et de très beaux plans. Jung Jae Young est parfait dans ce rôle de Robinson désabusé ; il est touchant dans sa vulnérabilité et il sait se montrer drôle lorsqu’il le faut. Jeong Ryeo Won interprète quant à elle avec justesse son personnage taciturne qui devient de plus en plus souriant. Les jeux de lumière et de caméra sont aussi très importants et donnent un tout autre éclairage [pun intended] à la scène.

On ne peut pas vraiment parler de romance dans la relation que développe les personnages mais c’est en tout cas une amitié salvatrice qui se forme et qui ne pourra que s’intensifier par la suite. Le film est plutôt silencieux puisque les protagonistes ne se parlent que par messages interposés. Le procédé de la voix-off est utilisé pour permettre de connaître leurs pensées. Toutefois, Seung Geun qui est à l’écart du monde, pourra discuter de vive voix avec son épouvantail ou son pédalo en forme de cygne. Entre personnages extraordinairement absurdes mais si humains, réalisation magnifique et scénario à la fois comique et émouvant, Castaway on the moon est un film excellent dont de nombreuses scènes me resteront longtemps en mémoire.

Ressenti : ★★★★☆

[Test du pilote] « I made all that happen. »

Misty

Cela faisait plus de deux mois que je n’avais pas commencé de nouveaux drama en cours de diffusion et cela me manquait. Misty inaugure donc l’année 2018…avec succès.

Go Hye Ran est la présentatrice d’un journal diffusé aux heures de grande écoute. Elle occupe cette position depuis sept ans et a dû travaillé durement pour l’acquérir. Intelligente et douée dans son métier, elle doit encore lutter aujourd’hui pour conserver sa place. En effet, entre être une femme et son âge, ce n’est pas facile pour elle de ne pas être détrônée par une de ses hoobaes. Elle ne recule devant rien pour garder son succès. Elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle vaut mais elle garde un masque constant pour ne pas montrer la moindre faiblesse. Elle se montre hautaine face aux gens qui la méprisent ou essayent de la blesser. Elle souhaite notamment maintenir les apparences de son mariage qui n’en est plus réellement un désormais.

Once I show you who I am and how much I can do I will leave with a smile.

Kang Tae Wook est un ancien procureur, devenu avocat des droits humains, qui ne gagne quasiment jamais aucune affaire. Il travaille farouchement mais n’a pas assez d’argent pour payer le loyer de son cabinet. Hye Ran et Tae Wook se sont mariés par amour mais aujourd’hui ils cohabitent seulement. Leur mariage s’est-il fracturé seulement parce que Hye Ran ne pensait qu’à sa carrière et a fait des choix sans le consulter ou existe-t-il d’autres raisons ? La mère de Tae Wook souhaite plus que tout avoir un petit-enfant et elle met la pression sur Hye Ran. Le premier épisode mentionne un avortement de la part de Hye Ran ce qui est sans doute une des raisons de l’éloignement de Tae Wook.

Toutefois il semble aussi y avoir plus que ça. Hye Ran s’endort à plusieurs reprises en faisant des rêves érotiques. Ce sont en réalité des souvenirs, et ce n’est pas son mari. Est-ce que c’était avant qu’ils se rencontrent ? Une adultère peut aussi expliquer leur désunion mais cela semble être un secret. Je suppose que les épisodes suivants nous éclaireront sur les raisons de leur séparation.

Le mystère relatif à l’histoire est tout juste introduit dans le premier épisode, celui-ci se concentrant essentiellement à présenter Hye Ran et son entourage pour pouvoir ensuite le mettre en place. En effet, Hye Ran va être accusée de meurtre et son mari Tae Wook va la défendre. Ils tomberont de nouveau amoureux tout au long de cette enquête.

La victime semble être la personne avec qui Hye Ran a eu une liaison. Kevin Lee est un golfeur populaire dont le public sait peu de choses. Qu’est-ce que Hye Ran connaissait de lui…? Kevin Lee est marié à Seo Eun Joo, une amie d’enfance de Hye Ran. Je me doute que cette dernière cache certaines choses…

Si je ne peux pas cautionner certains actes de Hye Ran, je peux la comprendre. Elle a dû beaucoup donné pour arriver là où elle en est aujourd’hui et elle ne peut pas tout perdre. Je trouve son personnage intéressant et les thèmes qu’il permet d’aborder aussi. Le mystère est intrigant et j’ai hâte d’en apprendre plus. J’attends aussi avec impatience de découvrir l’histoire d’amour de Hye Ran et Tae Wook et de les voir retomber amoureux. Je suppose que je vais devoir patienter si Kevin Lee et Hye Ran se réunissent et ont une liaison… J’attends donc de voir le traitement de l’adultère (si adultère il y a) puisque c’est un sujet qui me déplaît.

La réalisation du drama est impeccable et j’adore les plans réalisés sur les personnages féminins en particulier Hye Ran. On ne peut pas rater que c’est l’héroïne de cette série. Kim Nam Ju est parfaite dans ce rôle, je ne l’ai vue que dans deux épisodes de Queen of Reversals, mais elle m’avait déjà marqué. Ji Jin Hui m’est plus familier (The Man Who Can’t Marry, Miss Kim’s Adventures In Making A Million) et je le trouve toujours avec plaisir. Le reste du casting m’est plus ou moins connu mais je suis ravie de revoir Ahn Nae Sang (Awl).

Crash Test : Passé !

Trailer 1er épisode :

Le Week-end Dramanimique #4

C’est reparti pour un week-end dramanimique ! \o/ Comme d’habitude, il s’agit de regarder le plus de fiction asiatique en un week-end. Cette édition se déroule du vendredi 3  février 2018 à 18h00 au lundi 5 février 2018 à 04h00. Pour s’inscrire, c’est sur le blog de Bouya. Je vais tenter le palier des 6H et je ne me fixe aucune option particulière.

Les options :

  • Regarder une production qui parle de l’art du visuel asiatique
  • Faire une capture d’écran d’une tasse
  • Regarder une production historique

Je vous retrouve sur cet article qui sera mis à jour au fur et à mesure du week-end et sur Twitter avec le hashtag #WEdramanimique.


Samedi :

Je commence le challenge avec le film historique A taxi driver qui évoque un sujet très intéressant mais difficile : le soulèvement de Gwangju le 18 mai 1980.

  • A taxi driver : 2 h 17 min 13 s

Pour conclure la journée, ce sera des épisodes de drama.

  • Misty – Épisode 1 : 1 h 8 min 51 s
  • History of the Salaryman – Épisode 9 : 1 h 5 min 40 s

Dimanche :

Je vais continuer des dramas en cours.

  • History of the Salaryman – Épisode 10 : 1 h 3 min 39 s

Après une review sur le pilote de Misty, je lance l’épisode suivant !

  • Misty – Épisode 2 : 1 h 10 min 46 s

Temps total : 6 h 46 min 9 s